Live

J’ai testé le Mapping Festival !

Mapping festival

Cette semaine se déroule à Genève, le Mapping Festival ! Kesako ? C’est le festival « Visual audio & Deviant electronics » et oui ça parle musique, mais sous une forme dirons-nous plus contemplative  ! Au programme du 7 mai au 17 mai : des expos, des workshops et des performances. Le Mapping Festival est le  rendez-vous par excellence de tous les fans d’électroniques, nouvelles technologies, d’audiovisuel et de créativité. Je m’y suis rendue pour voir deux performances : Prism de Cyril Meroni & 9th cloud; suivi de Récession de 1024 architecture dans l’intimiste et salle cosy du Casino Théâtre (étrange cohabitation entre modernité du son et ancienneté du théâtre).

Prism :

Prism est le fruit de la collaboration de Cyril Meroni et 9th cloud qui ont voulu allier leurs compétences pour créer un live audiovisuel. La rythmique du son a été travaillée en concordance avec les projections vidéos de sorte à être le plus cohérent possible. La particularité de cette performance réside dans le Prism, hexagone d’écrans et qui s’enchevêtrent pour former un cocon autour de l’artiste, chef d’orchestre du passé qu’il met lumière et utilise comme inspiration. Nous sommes plongés dans ses pensées, je pense notamment aux visuels de « magnétisation » où chaque partie du visage sont reliées par des lignes directrices comme des terminaisons nerveuses. Un style unique d’approviser une musique, sans parole, au service des images. Une performance du Mapping Festival à la fois poétique et impressionnante d’innovation.

Une vidéo interview de leur projet ( les images valent mieux que les mots) :

PRISM Trailer from CYRIL MERONI on Vimeo.

 Récession – 1024 Architecture :

Les deux jeunes hommes, Pierre Schneider et François Wunschel, nous emmènent faire un voyage.  Lequel ? Le notre, celui de la matérialisation et de la pauvreté des ressources naturelles qui s’épuisent chaque jour un peu plus . Comme un message d’alerte, leur performance se veut être un SOS lancé à la terre et une réflexion sur les vices de la société actuelle. Caché derrière une toile, c’est par la construction et déstructuration d’une simple ligne vertical que débute leur performance. Ils nous guideront les ruines d’un monde futuriste pourtant si proche du notre au travers d’une architecture gothique ou moderne; on en perd la notion du temps. Synchronisation parfaite entre sons et lumières, un gros travail de création a été réalisé. La musique, jouée en live, accompagne cette superbe composition artistique visuelle.

Un exemple parmi d’autres de leurs travaux :

EUPHORIE is 1024 from Jerome Monnot on Vimeo.

Me voilà prête pour la prochaine édition du Mapping Festival !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply